_______________________________

fr/lu _terre
-1993
vit et travaille à Montreuil


SOLO/DUO
2019 - foreshadowing_ duo avec Thomas Léon _open studio_montreuil_fr
2018 - pour construire un monde...(encore faudrait-il préserver le nôtre)_ commissariat Perrine Lacroix_la BF15_lyon_fr

GROUP
2020 - ce noir tout autour qui parait nous cerner_biennale photo mulhouse_commissariat Anne Immelé_mulhouse_fr
2020 - temps suspendus_exposition collective_plate forme_paris_fr
2020 - la glu d'un astre isolé_exposition collective_paris_fr
2019 - biennale mulhouse 019_biennale de la jeune création_mulhouse_fr
2018 - week end art contemporain_programmation vidéo_commissariat Viviane Zenner_IRA_metz_fr
2017 - tête-à-tête_exposition collective_galerie de l’esplanade_metz_fr
2017 - COHABITATION (Préambule)_exposition collective_centre d’art faux mouvement_metz_fr   

PERFORMANCES
2019 - histoires des possibles_finissage solo show " pour construire un monde... "_ la BF15_lyon_fr   
2018 - Its anthem is the wind her trees and the waves of her seas_centre pompidou metz_fr
2017 - histoires des possibles_COHABITATION (Préambule)_centre d'art faux mouvement_ metz_fr

RÉSIDENCE
2017 - «Création en cours»_ateliers medicis_école primaire landrivaux_herserange_fr

PUBLICATIONS/PRESSE/WEB
2020 - NOVO hors série 21_catalogue de la BPM_Nicolas Bézard
2020 - entretien sur le site de la revue point contemporain_Léo Marin
2019 - catalogue d'exposition pour la biennale mulhouse 019
2019 - catalogue Création en cours 2017/18_ateliers medicis
2018 - « Ne rêvons pas d’un autre monde »_Caroline Sicard_ La Tribune de Lyon_au sujet de l'exposition " Pour construire un monde ... "
2015 - der greif issue#8

FORMATION
2017 - DNSEP (MFA) avec félicitations du jury_ESAL_metz
2015 - DNAP (BFA) avec les mentions du jury_ESAL_metz       

_2020
_la glu d'un astre isolé_exposition collective_offsite_paris_fr
>>> temps suspendus_exposition collective_plate forme_paris_fr
>>> ce noir tout autour qui parait nous cerner_biennale photo mulhouse_commissariat Anne Immelé_mulhouse_fr

_REPORTS 2021
_its anthem is the wind in her trees and the waves of her seas_performance_commissariat  Kevin Muhlen_luxembourg_lu
_brave new world order_triennale jeune création_commissariat Kevin Muhlen_luxembourg_lu




           

© 2017-2020

Sur une carte de la Lune élaborée au XIXè siècle, des routes d’une colonie imaginaire ont été traçées alors que sur le mur d’en face, un écran diffuse les images d’un glacier s’effondrant à l’envers comme si la glace de celui-ci se reformait à l’infini. Ces deux oeuvres résument bien la démarche de Jean-Baptiste Grangier : un paradoxe constant entre l’émerveillement et les fantasmes que font naître la conquête spatiale et la crainte pour l’avenir de notre propre planète. ( … )
« Ne rêvons pas d’un autre monde » - Extrait d’un article de Caroline Sicard paru dans le journal La Tribune de Lyon au sujet de l'exposition " Pour construire un monde ... "_décembre 2018

Jean-Baptiste Grangier est habité par l’exploration spatiale, les imaginaires qui la nourrissent et qui en découlent : contexte géopolitique et écologique des années 1960-70, prétentions territoriales, colonisation, utopie d’un gouvernement planétaire, course à l'espace durant la Guerre Froide, planète Terre devenue inhabitable, tourisme spatial, etc. Les œuvres qui en résultent sont autant de photographies, films et objets témoins de cette tension entre croyance utopique et réalité d'un discours écologique.
Hélène Meisel - performance " Its anthem is the wind her trees and the waves of her seas ", 5 Juin 2018, Centre Pompidou-Metz

_______________________________


Faire flotter un drapeau, c’est très souvent, historiquement en tout cas, la marque de l’assujettissement d’un territoire. Il est communément admis que lorsqu’un drapeau est planté et qu’enfin celui-ci flotte au vent, un transfert de possession vient d’être opéré. Par ce geste est manifesté l’appropriation ou la revendication d’appartenance, à une personne, à un pouvoir politique ou religieux ou bien à une idée.

C’est cette dernière option qui nous intéresse ici car il me semble que nous oublions trop souvent qu’un drapeau puisse être autre chose qu’un élément séparateur, promulguant une différence avec l’autre. Faire flotter un drapeau c’est aussi le geste qui permet de promouvoir et de répandre une nouvelle façon de penser.

Une idée comme celle du drapeau de la Terre, non pas celui des Nations Unies, mais bien celui de la planète, l’idée d’un drapeau qui nous rassemblerait tous, et qui ne serait pas non plus un récit de science-fiction, c’est là que se trouve la suite de notre histoire, en fait la suite d’une histoire qui a commencé en 1967 et qui continue aujourd’hui puisqu’elle est en grande partie à la base du travail d’artiste de Jean-Baptiste Grangier.

Baigné d’anticipation et empreint de l’espoir des récits de futurs qui pourraient vraisemblablement être le nôtre, Jean-Baptiste produit des œuvres engagées dans un combat pour l’éveil des consciences autour d’un habitat qui n’est autre que la planète sur laquelle nous vivons tous. Des œuvres partie prenante d’un combat écologique en cours mais non sans espoir pour la suite de notre Histoire à tous. (...)
Entretien avec Léo Marin sur le site de la revue Point Contemporain_mars 2020

© 2017-2020